Inégalité vaccinale : le dispositif Covax prend du retard

Alors que la plupart des pays à travers la planète accélèrent leurs campagnes de vaccination de masse, les pays à faible revenu peinent à recevoir leurs doses. Or, selon  l’Organisation Mondiale pour la Santé, un accès équitable au vaccin contre la Covid-19 serait le seul moyen de vaincre l’épidémie. Lancé par l’OMS et l’ONG Gavi, le dispositif Covax a pour ambition de distribuer le vaccin à travers les pays quelque soit leur richesse. Pourtant, l’inégalité vaccinale est bien réelle et les différents acteurs de la solidarité internationale ne cessent de la dénoncer.

Covax, un accès équitable à la vaccination

Mis en place en mars 2020, le système Covax vise à fournir gratuitement des sérums aux pays les plus démunis. Sous l’égide de l’OMS, de l’Alliance du vaccin (Gavi) et de la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (Cepi), l’objectif est de vacciner au moins 20% de la population des pays bénéficiaires avant la fin de l’année 2021. 

Le système est bâti sur un principe de solidarité internationale en permettant à 92 pays à revenu faible et moyen de recevoir le vaccin, celui-ci financé par les pays riches. Il s’agit ainsi de distribuer les doses de manière plus équitable en évitant que les nations les plus prospères ne s’accaparent les provisions. Ce dispositif ambitieux s’inspire des campagnes de vaccination menées dans la lutte contre Ebola.

Outre l’Union Européenne, de nombreux donateurs participent à ce programme. En 2020 plus de deux milliards de dollars ont été levés par des agences de santé, des scientifiques, des fabricants, des acteurs du secteur privé tels que la Fondation Gates et des ONG comme l’UNICEF. En avril 2021, la Fondation Greta Thunberg a apporté son soutien en versant 100000 euros au programme. Et plus récemment, les États-Unis ont commencé à expédier 500 millions de doses promises à 100 pays en voie de développement.

L’inégalité vaccinale, un obstacle à la reprise économique mondiale

Malgré un effort évident au profit des populations du monde entier en matière de vaccination contre la Covid-19, la collaboration ne s’avère pas suffisante. Les objectifs initiaux du système Covax sont encore loin d’être remplis. Selon les données publiées par le programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), une personne sur deux a déjà reçu au moins une dose de vaccin dans les pays riches contre une personne sur 74 dans les pays défavorisés.

 L’UNICEF, plus grand acheteur de vaccins au monde et partenaire du programme Covax, souligne un retard important dans les pays d’Afrique subsaharienne, d’Asie centrale et du Proche-Orient où moins de 5% de la population a bénéficié de sa première dose. Certaines nations comme le Congo, le Tchad, le Yémen et le Turkménistan, ont vacciné moins de 1% de leur population. Aussi, les données concernant la couverture vaccinale des pays les plus riches révèlent d’importantes disparités. En effet, dans la plupart des pays d’Europe, de même qu’au Canada et aux États-Unis, le taux de vaccination atteint les 60% sans compter qu’aux Émirats Arabes, il dépasse les 85%. 

Dès lors, le fossé se creuse entre les pays riches et les autres, annonçant une reprise socio-économique mondiale selon deux vitesses. C’est ce que met en évidence le Global Dashboard for COVID-19 Vaccine Equity, un tableau de suivi de l’équité vaccinale initié par le PNUD, l’OMS et l’Université d’Oxford. Son objectif principal est de fournir des informations aux gouvernements afin de leur permettre d’atténuer les impacts socio-économiques de la pandémie. De fait, les pays à revenu élevé ont consacré une immense part de financement à l’approvisionnement de vaccins dans le but d’atteindre une couverture vaccinale accélérée. En balance, pour les pays à revenu faible et moyen, la fabrication et le partage des doses demeurent insuffisants. 

Dans un tel contexte, l’inégalité vaccinale empêche une reprise économique rapide et équitable. De même, elle ralentit le recul de l’épidémie et menace les systèmes de santé des nations les plus faibles. 

Recrudescence de cas en Afrique, la méfiance à l’encontre du Covax

Pour illustrer le retard pris par le système Covax, l’Afrique, en proie à une troisième vague, affiche désormais son mécontentement. John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), s’inquiète d’une similitude entre le manque de traitement contre le sida à la fin des années 1990 et un accès inégal au vaccin anti-Covid. Pour rappel, entre 1996 et 2006, une pénurie de soins pour les malades du VIH entraina des millions de morts sur le continent africain.

Selon le directeur du CDC, l’inégalité vaccinale est due à une gestion erronée du système Covax. Il met l’accent sur le fait que les pays à revenu élevé monopolisent les doses de vaccin à peine fabriquées ne laissant aucun approvisionnement pour le dispositif Covax

 Le Zimbabwéen Strive Masiyiwa, directeur de l’African Vaccine Acquisition Trust (AVAT), signale un manque de transparence du système. Selon lui, les pays africains n’auraient pas eu accès à certaines informations, laissant le continent à la traîne dans la course aux vaccins.

Quant à Catherine Kyobutungi, épidémiologiste ougandaise directrice du Centre de recherche sur la population et la santé en Afrique, dénonce un programme « paternaliste, axé sur les donateurs et fondé sur une mentalité de pays riches aidant les pays pauvres ». 

Ainsi, dans une volonté de s’autonomiser face au dispositif Covax, l’Afrique, en collaboration avec l’UNICEF, lance un programme d’approvisionnement des pays africains soutenu par l’AVAT. L’objectif est la livraison de près de 50 millions de vaccins d’ici fin décembre. La fabrication des sérums, en partie produits en Afrique du Sud, favoriserait la production locale, la création d’emplois et par conséquent, la reprise économique en Afrique.

En somme, alors que le système Covax se heurte aux intérêts politiques et diplomatiques des nations les plus riches, les inégalités en matière de vaccin contre la Covid-19 risquent de provoquer un impact durable et profond sur la reprise socio-économique des pays à revenu faible et moyen.


Photographie : Pixabay
Sources : 

L’inégalité vaccinale compromet la reprise économique mondiale (who.int)
Home – UNDP Covid-19 Data Futures Platform
Facilité COVAX (gavi.org)
Le système Covax ne parvient pas à enrayer l’inégalité vaccinale (franceinter.fr)
L’Afrique se méfie du Covax et lance son propre programme d’achat de vaccins – Le Temps

De Virginie Yvrard

Virginie Yvrard, rédactrice Web

Lire plus

Les principaux centres de médecine tropicale et du voyage

Echo Solidaire vous propose une liste non exhaustive des principaux centres de médecine tropicale/ médecine de voyages francophones.

Laisser un commentaire

X