[Dossier] Financer son projet de solidarité internationale : les pistes clés.

La recherche de fonds pour un projet n’est pas de tout repos. Entre fond privé ou fond public, autofinancement ou subvention, les possibilités sont nombreuses et il devient vite difficile de s’y retrouver quand on ne maîtrise pas les mécanismes. Echo Solidaire propose quelques pistes à destination des Organisations de Solidarité Internationale. Un dossier complet en 3 parties :

1- L’importance d’un plan de financement
2- Financer son projet de solidarité internationale
3- Monter un dossier de subvention


1. L’importance d’un plan de financement

« L’argent est le nerf de la guerre », ce dicton est bien connu et il s’applique aussi au secteur humanitaire. Projet d’urgence ou de développement, l’établissement du plan de financement d’un projet est une étape obligatoire à laquelle doit se confronter tout chargé de projet. Véritable indicateur de faisabilité, il permet d’avoir une visibilité sur le coût de l’action et sa durée de vie.

Au-delà de son aspect usuel, le plan de financement de votre projet de solidarité internationale constitue un réel indicateur de faisabilité : votre structure a-t-elle les capacités financières de porter ce projet ? Pour vous lancer, la réponse doit impérativement être positive car avant d’envisager de chercher des fonds externes, votre structure doit être en mesure d’apporter des fonds propres. Autrement dit, vous devez être en capacité de financer votre action. Autre point important, le montant de votre budget. Il doit être à la hauteur de votre projet. Participer à la rénovation d’un orphelinat en Asie ne nécessite pas les mêmes moyens financiers que développer une coopérative de femmes en Amérique centrale. Pensez donc à faire des devis ! Cela vous permettra de déterminer à l’avance les coûts et réaliser un budget réaliste.

Construire un projet adapté à sa structure

La première étape de votre plan de financement va donc consister à élaborer un budget prévisionnel regroupant l’ensemble des dépenses et des ressources du projet. Un point très important, le budget prévisionnel doit respecter le principe comptable de la partie double : les ressources doivent être égales aux dépenses. Vous ne savez pas comment remplir un budget prévisionnel ? Pas de panique, orientez-vous vers le comptable de votre association. Dans le cas où votre structure n’en possède pas, il y a d’autres options. En France, vous pouvez vous diriger vers la maison des associations de votre ville qui vous informera des possibilités d’accompagnement à votre disposition. Notez que certaines structures proposent des formations (gratuites ou payantes) afin de vous permettre d’assimiler les spécificités de la comptabilité associative, c’est le cas de la mairie de Paris qui offre tout au long de l’année des formations sur des thématiques précises. N’hésitez pas à consulter la rubrique « les actualités de la vie associative » ou à faire quelques recherches sur internet pour trouver la formation adéquate la plus proche de chez vous. C’est l’occasion parfaite de développer ses compétences !

Une garantie pour les partenaires

Etablir un plan de financement permet aux partenaires que vous démarchez d’avoir une idée de la faisabilité de votre projet. Face à un potentiel partenaire, vous serez en mesure de démontrer de manière chiffrée les orientations de votre action. Retenez toutefois ceci, un projet dont les dépenses sont mal réparties ou peu détaillées laissent planer le doute quant à la réussite de l’action et soyons honnêtes, personne ne souhaite s’engager dans une aventure où la stabilité du projet est à revoir. Plus votre plan de financement est clair et détaillé,  plus le partenaire arrivera à se projeter et envisager un partenariat avec votre structure. Soyez donc minutieux quant aux détails des dépenses et aux montants alloués.

Suivre, contrôler et interpréter

Comme vu un peu plus haut, le budget prévisionnel permet d’avoir un aperçu des dépenses et des ressources nécessaires à votre action. Ce document vous permettra aussi autre chose : analyser l’utilisation efficace des ressources financières. Etaient-elles suffisantes ? A-t-il fallu plus de dépenses ? Autant de questions auxquelles ce document vous permettra de répondre. Notez bien que cette étape est obligatoire et doit être réalisée tout au long de votre action, sous forme de suivi, afin d’ajuster le budget si nécessaire. À la fin de votre projet, vous serez ainsi en mesure de produire le budget final, document indispensable pour toute analyse financière.

De Asma Rassouad

Asma Rassouad
Asma Rassouad, consultante en solidarité internationale.

Lire plus

Abréviations et solidarité internationale

Un outil qui recense les abréviations et sigles fréquemment utilisés dans le vocabulaire de l'humanitaire et la solidarité internationale.

Laisser un commentaire

X