Dusty, un chien sauveteur pas comme les autres.

Dusty est un berger belge malinois âgé de douze ans, spécialisé dans la recherche de personnes et plus particulièrement de victimes piégées sous les décombres.

A la retraite depuis un an et demi, il s’est distingué lors de la mission Haïti (2010) avec le Corps Mondial de Secours-USAR, en confirmant la présence d’un bébé piégé sous les décombres depuis sept jours à Jacmel. C’était sa première mission de ce type, il n’avait alors que deux ans.

Son maître Xavier, est technicien en maintenance aéronautique. Entre son engagement à la Protection Civile (non seulement formateur et délégué d’antenne de la Protection Civile Paris Seine, mais également à la Protection Civile 70 depuis deux ans en tant que conducteur de chien et formateur premiers secours canins), ainsi qu’ au sein du Corps Mondial de Secours USAR (ONG de secours de catastrophes spécialisée dans le sauvetage/déblaiement), en tant que référent cyno, Xavier ne compte pas ses heures pour assouvir sa passion. Il nous a parlé de Dusty et nous a expliqué brièvement le travail effectué avec les chiens de recherche en décombres tout au long de leur parcours.

Des entraînements dès le plus jeune âge

Le berger belge malinois est une race reconnue pour sa polyvalence. Ces chiens ont un entrain naturel, débordent d’énergie et aiment travailler avec leur maître. Xavier et Dusty forment un binôme indissociable, voire fusionnel, où il règne une relation de confiance totale. Xavier connaît son chien et doit savoir lire en lui (comportement, attitude, posture, mouvements de queue, nature de l’aboiement…). Tout ça n’est possible qu’au prix d’entraînements permanents et réguliers depuis le plus jeune âge.

“Dusty a toujours aimé la recherche, explique Xavier. Il est devenu un vrai spécialiste dans les décombres avec une motivation et une énergie impressionnante. Il est très volontaire. J’ai commencé avec lui dès l’âge de trois mois en faisant des petits franchissements pour chiots, constitués de tas de pierres, bouteilles en plastiques empilées les unes sur les autres. Je l’emmenais sur le terrain pour qu’il s’imprègne et voit ses congénères oeuvrer “sur les gros cailloux”. Dusty a tout de suite développé une forte capacité dans le “travail” de recherche, avec les conseils avisés de divers spécialistes de cette discipline.”

Mais les étapes sont encore nombreuses pour devenir un chien sauveteur, e doivent être progressives, en respectant le rythme et les possibilités du chien pour qui la recherche doit s’apparenter à un jeu. On commence par lui faire chercher son maître, puis un inconnu. Après sept à huit mois, on augmente la difficulté en franchissement, ce qui n’a jamais été un problème pour Dusty, vu sa taille et son physique.

Rencontre avec Dusty, chien de recherche en décombres, et Xavier, son maître, qui nous explique les différente étapes de sa formation.

“Ensuite on “pollue” les terrains avec de la viande avariée et/ou fraîche, et avec divers matériaux de constructions, explique le maître chien. On augmente aussi le nombre de victimes, deux puis trois et quatre en alternant. On refait aussi régulièrement des exercices de base comme la recherche avec motivation à vue : une personne désignée attire le chien vers elle pendant que le conducteur le maintient. Elle part avec une récompense se cacher, on le lâche afin de travailler l’envie de retrouver la personne et la fixation qui est de maintenir le chien près de la victime qu’il “désigne” en aboyant. Pour la recherche avec motivation hors vue, le chien est appelé mais ne voit pas la “victime”. Il y a aussi une part d’exercices d’obéissance qui permet d’avoir un chien à l’écoute lors d’ordres donnés sur le terrain. Et bien sûr comme ce sont des chiens de recherche d’humains, un gros travail de sociabilisation est aussi fait à travers ces exercices.

“Attention, des sangliers !”

“Pour l’anecdote, au début de sa formation, lorsqu’on tardait à le récompenser, on avait droit à un petit pincement aux fesses, raconte le sauveteur. Une fois lors d’un exercice, la “victime” Béatrice s’était cachée dans une partie boisée, à coté de deux bâtiments abandonnés. Lors de notre arrivée sur zone, j’ai entendu “attention!!!!… des sangliers !!!” et à ce moment deux sangliers ont déguerpis de leur cachette. Nous nous sommes rendus compte qu’ils étaient à trois mètres à peine de la victime, cachée là depuis au moins 20min. L’instant de stupeur passé, j’ai vu l’air interrogateur de mon chien, qui dans sa logique avait au total retrouvé trois victimes : Béatrice et les deux sangliers…”

Comme nous l’évoquions au début de cet article, Dusty est maintenant en retraite : “Il a toujours aimé la recherche. Pour ne pas le frustrer, j’ai procédé par étapes, en diminuant son temps de recherche sur les manœuvres. Encore aujourd’hui il m’accompagne, car il est toujours volontaire et content de se mettre à l’ouvrage, malgré un accident vasculaire cérébral datant de huit mois qui l’avait un peu diminué.”

Depuis peu, juste avant de publier cet article, nous avons appris que Dusty est malheureusement atteint d’un lymphome, pour lequel il doit recevoir une chimiothérapie. Ce traitement coûte très cher (6000 euros), c’est pourquoi nous avons décidé de donner un coup de pouce à Xavier et Dusty en partageant le lien de la cagnotte leetchi.


Photos: CMS-USAR

De Anaïs Buglet

Anaïs Buglet
Infirmière, Sauveteur de Catastrophes

Laisser un commentaire

X