Avec Électriciens Sans Frontières, les énergies renouvelables au service de la solidarité internationale

Echo Solidaire a tenu à mettre en lumière le travail d’Electriciens Sans Frontières  qui met les énergies renouvelables au centre de ses projets de développement. Découvrez l’entretien avec Alain Pluyaut, délégué régional d’Electriciens sans frontières pour la région Bourgogne-Franche-Comté.

Pourriez-vous rapidement vous présenter et nous en dire plus sur Électriciens sans frontières ?

“Je suis Alain Pluyaut, délégué régional pour la région Bourgogne-Franche-Comté au sein de l’ONG Électriciens Sans Frontières. Je représente aussi notre région au conseil de gouvernance qui siège à Paris. Sur notre délégation régionale qui couvre la Bourgogne et la Franche-Comté, nous sommes environ quatre-vingts bénévoles.

Electriciens sans frontières est ONG de solidarité internationale reconnue d’intérêt public. Elle a pour vocation de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations parmi les plus pauvres de la planète, en mobilisant le savoir-faire de ses adhérents en matière d’accès à l’électricité et à l’eau. Les activités d’Électriciens sans frontières couvrent deux domaines complémentaires. Tout d’abord l’étude et la promotion des projets d’aide au développement en faveur des populations défavorisées, dans les domaines de l’énergie, dans le but de contribuer à la satisfaction de besoins essentiels tels que la santé, l’éducation, l’accès à l’eau, ou encore le développement économique. Ensuite, notre mission est d’organiser des actions de post-urgence et de réhabilitation aux côtés des populations en situation de crise humanitaire et en appui des autres ONG (Haïti, Philippines, Vanuatu, Dominique, Liban, Arménie…). Pour cela, l’association s’appuie sur un réseau d’un millier d’adhérents bénévoles signataires de la charte d’Électriciens sans frontières.

Depuis 1986 les équipes d’Électriciens sans frontières ont conduit, dans une quarantaine de pays, plus de 500 projets d’accès à l’énergie et à l’eau, en zone rurale isolée. Ces projets privilégient les sources d’énergie renouvelable (photovoltaïque, éolien, hydraulique…) et ont en commun une volonté constante de transfert de compétences et de savoir-faire, ainsi que la mise en place des conditions permettant d’assurer la pérennisation des installations.”

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Point-deau-alimente-par-lenergie-solidaire-mis-en-place-par-ESF-Commune-de-Tibiri-au-Niger.jpg.

Avec quel type de projet associez-vous les énergies renouvelables ?

“Une grande majorité de nos projets sont réalisés dans le cadre d’action de développement : assainissement, éducation, santé,  etc. Il nous arrive également d’intervenir lors d’actions d’urgence pour répondre à un besoin rapide des populations sinistrées ou pour appuyer les ONG d’urgence présentes sur le terrain. Pour ce qui est de l’aspect technique, il faut savoir que nos projets sont réalisés avec des énergies renouvelables essentiellement le photovoltaïque et l’hydraulique. Sur des grosses installations d’hôpitaux, nous utilisons un appoint avec un groupe électrogène (uniquement pour assurer la continuité de service du bloc opératoire lorsqu’il y a un jour sans soleil).”

Une fois l’intervention d’Électriciens sans frontières terminée, que mettez-vous en place afin de garantir la durabilité des installations ?

“La pérennisation des installations est dans l’ADN d’Electriciens sans frontières ! Nous souhaitons garantir le fonctionnement d’une installation pendant 10 ans. Il faut donc avoir une bonne étude technique, choisir des matériaux fiables, prévoir le suivi, la formation pour la maintenance et le dépannage avec les financements associés. Pour ce faire nous avons mis en place un fond spécial de pérennisation qui peut être utilisé par exemple pour remplacer les batteries au bout de 5/6 ans. “

Dans les années à venir, pensez-vous que les énergies renouvelables devront faire partie intégrante des projets de solidarité internationale ?

“Notre ONG sensibilise les différents acteurs associatifs dans le choix des ressources d’énergies utilisées. Celles-ci doivent être choisies de sorte à être éthique et ainsi limiter tout impact négatif sur l’environnement. C’est d’ailleurs notre cas depuis 1986 et il faudrait absolument que les autres acteurs (associations, entreprises locales etc..) fassent de même.”

Quel message aimeriez-vous transmettre aux acteurs et actrices de la solidarité internationale afin qu’ils intègrent, eux aussi, les énergies renouvelables dans leur projet de développement ?

“Notre ONG est disponible pour appuyer les projets d’accès à l’électricité et aussi à l’eau des autres ONG ou associations qui n’auraient pas la compétence dans ce domaine. Je les invite à nous consulter pour réaliser ensemble des installations fiables et pérennes.

Quelle déception pour les bénéficiaires d’un projet d’avoir à disposition la lumière pendant un an ou deux ans et de devoir à nouveau s’en passer lorsque le projet manque de professionnalisme et de fiabilité Encore aujourd’hui, une grande majorité de projets sont dans ce cas. C’est un constat que nous faisons lors de nos différentes missions et c’est une chose sur laquelle nous essayons de sensibiliser les nouveaux acteurs associatifs qui seraient tentés de se lancer sans compétences techniques.”


Images : Electriciens Sans Frontières

De Asma Rassouad

Asma Rassouad, consultante en solidarité internationale.

Lire plus

3 idées reçues sur la Solidarité Internationale

Pour vous aider à déceler le vrai du faux, Echo Solidaire reprend 3 idées reçues assez répandues afin d’y apporter plus d’éclaircissement.

Laisser un commentaire

X